Recherche avancée ⇥

Pièce nº Rey17471220

Type Lettre
Identifiant Rey17471220
Date de composition 1747-12-20
Certitude sur la date haute
Date de réception /
Expéditeur Luzac, Elie
Destinataire Rey, Marc Michel
Lieu d'envoi Leyde
Lieu de réception Amsterdam
Adresse oui
Lieu de conservation Amsterdam, UB, Bibliotheek der Vereeniging tot Bevordering van de Belangen des Boekhandels
Cote Bre 2-9
Cote (copie) /
Imprimé /
Edition /
Autographe oui
Signature oui
Renvois /
Incipit Après vous avoir remercié de votre agréable visite

Leÿden 20 decembre 1747

Monsieur,

Après vous avoir remercié de votre agréable visite, je vous prierai de faire demander à Monsieur Jolÿ 1 une specification de mon dernier envoi par ecrit, et de me l’expédier tout de suite. Pour le Lucretius 2 je vai d’abord faire un calcul sur le moïen d’en faire une belle édition à aussi peu de fraix qu’il sera possible ; et vous ecrirai en consequence. Il est très sur que nous ÿ trouverons bien notre compte, surtout si on ne s’avise pas de l’imprimer à Londres.

Je suis après offre de services / Monsieur / Votre très humble et très obéïssant serviteur

Elias Luzac junior

P. S. Quoique je viens de mettre en pièces tous mes Exemplaires et qu’on les brulera au Consistoire3 ; je crois pourtant que j’en pourrai a negocier. A gouverno4.

Monsieur / Monsieur Reÿ / Marchand Libraire / à / Amsterdam

Leyden 20. Dec. 1747. / Luzac.

Notes sur le manuscrit

a Mot illisible (trou du cachet) : restitué d’après le contexte.

Notes

1 Il s’agit sans doute du libraire François Joly, installé à Amsterdam de 1741 à 1763. Voir J.A Gruys et C. de Wolf, Thesaurus, 1473-1800, Dutch printers and booksellers … (Nieuwkoop, De Graaf punlishers, 1989), p. 102.

2 Melchior de Polignac, Anti-Lucretius, Sive De Deo et natura, Libri novem. Eminentissimi S.R.E. Cardinalis Melchioris de Polignac, (Lugduni Batavorum, Typis Eliæ Luzac, Jun., 1748, 8°). On trouve également en 1748 une édition à l’adresse de Marc-Michel Rey (Amstelædami, apud M.M. Rey, 1748, 8°). Il s’agit de la première collaboration entre Luzac et Rey, voir Rietje van Vielt, Elie Luzac, Bookseller of the enligthenment (Enschede, Afdh Publishers, 2014 [1ère éd. 2005]), p. 143-146.

3 Luzac avait fait la connaissance de La Mettrie à l’université de Leyde et avait accepté d’éditer L’Homme machine, ouvrage ouvertement matérialiste. Il fut attaqué par le Consistoire de l’église Wallone de Leyde en décembre 1747. Il refusa de donner le nom de l’auteur de l’ouvrage, publié anonymement. Il se défendit en publiant L’Homme plus que machine (A Londres, 1748, 12°) et l’Essai sur la liberté de produire ses sentiments (Au pays libre, pour le bien public, 1749, avec privilège de tous les véritables philosophes, 8°). Voir J. Marx, « Un grand imprimeur au XVIIIe siècle : Élie Luzac fils (1723-1726 [1796]), Revue belge de philologie et d’histoire, 1968, vol.46, n°3, p. 782 ; Rietje van Vielt , Elie Luzac, Bookseller of the enligthenment, op.cit., p. 36-38.

4 « Selon notre / votre jugement ».