Recherche avancée ⇥

Pièce nº Rey17480413

Type Lettre
Identifiant Rey17480413
Date de composition 1748-04-13
Certitude sur la date haute
Date de réception /
Expéditeur Rey, Marc Michel
Destinataire Marchand, Prosper
Lieu d'envoi Amsterdam
Lieu de réception La Haye
Adresse oui
Lieu de conservation Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit Leiden
Cote MARCH 2 ;1707-1755
Cote (copie) /
Imprimé /
Edition Catalogue des manuscrits de la collection Prosper Marchand, p.14
Autographe oui
Signature oui
Renvois /
Incipit On a eu grand soin de minspirer dans ma jeunesse

[Amsterdam, le 13 avril 1748]

Monsieur

On a eu grand soin de m'inspirer dans ma jeunesse de l’amour pour mon prochain, de le regarder comme un moi meme, en consequence de ce principe  qui m’a plu et qui s'accroit avec  l'age , j’evite avec soin l’ingratitude qui me paroit aussi indigne à l’ honnete  l’homme que les vertus agreables1 ; je vous doit donc, Monsieur, de très humbles remerciemens pour la peine que vous avez pris de mettre a la tête des Illustres francoises les Memoires critiques de son auteur2, elle me paroissent aussi agreables qu’utiles et je ne doute pas que le public ne voye avec plaisir les petites particularitez que vous y inserez, une chose seulement me paroit inutile, c’est ce qui regarde  l l’Epitre dedicatoire 3 que vous me permettrez de vous dire  que je n'ay n’avoir a point demandée, elles sont efectivement pour la plus part b très inutiles ; renferment des louanges, que [2] le patron4 ne merite point, et le plus souvent des protestations  d’ami  de dévouement, qui ne subsistent qu’autant que l’interet s’y  accède  trouve, je ne veux point parler des auteurs qui dédient leur ouvrages, ce là n’est pas de mon ressort et la politique veut que je me les conserve amis ; mais de mes confreres  grands   dédieurs  qu’on peut appeller a juste titre dédieur de rien, pour attraper du réel en espèces sonnentes, ouï pour ceux là il faut leur faire comprendre leur ridicule s’ils en sont capable, je ne me trouve donc pas dans le cas presentement et je crois que bien des libraires ne s’y attachent pas non plus et c’est en faveur de ceux cy que je soutient les dédicace necessaire pour plusieurs raisons. La premiere, c’est de rendre  sa leur c reconnoissance publique, seule chose capable de chatouiller la presomption d’un bien faiteur [3]  qui pour le plus souvent  la seconde est de procurer du debit à l’ouvrage et la derniere après plusieurs autres que je laisse au public  c’est  à trouver c’est le plaisir pour un libraire d’ennuyer les sots qui les lisent, raillerie a part vous faite bien de blamer  dont  cet abus, mais il est necessaire pour notre profession et je vous prie de ne pas en dire tant de mal, mais simplement que je n’y mets  de  point de dédicace, la trouvant inutile pour cet ouvrage, excepté que je ne l’adresse a quelque demoiselle sujette a caution ce qui ne seroit je crois pas difficile a trouver.

J’aurois bien voulu que cet imprimeur eut pris un meilleur caractere et ce fut donné la peine d’y mettre  le  un pressier plus vigoureux de bras que celui qui a tiré ces premieres feuilles qui sont fort blanches.

[3] Faite s.v.p. ajouter pour reclame PRE et  mettre aux pages blanches le catalogue   cy   joint que je ferai couper 5.

Ce que vous venez, Monsieur de lire est ecrit dépuis dimanche dernier comptant de vous l’envoyer le lundi, mais le Sr. Waesberger 6 ne c’est point trouvé d’exemplaire complet du Seba 7, j’y ay été trois fois pour le presser, j’ay été cherché un Mr. Seba 8 qu’on m’avoit dit pouvoir m’en fournir, mais  q  après l’avoir cherché deux heures de temps a un des bouts de la ville sans le pouvoir déterrer je suis retourné chez Waesberger qui me l’avoit enfin promis pour lundi 15 courant, je suis faché de ne vous avoir pas donné avis de ce qui ce passoit, mais ne croyez pas qu’il y ay aucune negligence, j’attendrai donc de nouveau ordres.

La Compagnie ne connoit point Zulmis et Zulmaide 9.

Vous avez bien de civilitez de ma femme, et j’envoyerai un des premiers jours de la semaine prochaine du papier pour finir la seconde feuille, j’attendois le Seba pour profiter de l’occasion ; en attendant, je vous prie de dire à l’imprimeur qu'il m’envoye lundi, tout ce qui est sec et pret des deux feuilles, ou du moins 300 exemplaires afin d’en fournir a ceux qui en demandent. [4]

J’aurai l’honneur de vous repondre plus au long la semaine prochaine en attendant je suis très sincerement, Monsieur, / votre très humble et / trés obeïssant serviteur

Rey

Amsterdam le 13e avril 1748

à Monsieur / Monsieur Marchand / op de Kalvermarck / à La Haye

Notes sur le manuscrit

a Mot écrit au-dessus de la ligne.

b Mot ajouté au-dessus de la ligne.

c Mot écrit au-dessus de la ligne.

Notes

1 Rey entend sans doute les « vertus faciles », celles dont on s'accommode facilement puisqu'elles correspondent à notre tempérament. Bayle avait insisté sur cet aspect de la conduite vertueuse dans les Pensées diverses (Rotterdam, Reinier Leers, 1683, 2 tomes), tome II, §135: « Pourquoi il y a tant de différence entre ce qu'on croit et ce qu'on fait », et les sections suivantes.

2 Robert Challe, Les Illustres Françoises. Histoires véritables. Nouvelle édition augmentée de Mémoires historiques et critiques touchant la Vie et les Ouvrages de leur Auteur. Avec figures (Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1748, 12°, 4 vol.). Le contenu et les gravures sont identiques à l’édition de 1737 parue chez Etienne Neaulme (Les Illustres Françoises. Histoires véritables. Nouvelle édition augmentée de l’Histoire du Comte de Livry et de Mademoiselle de Mancigny et de celle de Monsieur de Salvagne et de Madame de Villiers. Avec Figures, (Utrecht, Étienne Neaulme, 1737, 4 vol., 12°)). Une nouvelle émission de l’édition Rey de 1748 paraît en 1750 avec une page de titre différente. Nous apprenons ici que l'édition de 1748 est due à Prosper Marchand, qui avait connu Robert Challe à travers sa correspondance avec les rédacteurs du Journal littéraire. Voir Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier et F. Deloffre (Genève, Droz, 1991) et éd. J. Cormier (Paris, Classiques Garnier, 2014).

3 L’édition ne comporte pas en effet d’épître dédicatoire.

4 Terme employé couramment à l'époque au sens anglais de « protecteur » ou « mécène ».

5 La « réclame » PRÉ précède, en effet, la Préface, p. XXXVII. Une Suite du catalogue des livres de Marc-Michel Rey se trouve à la fin du tome IV. Les Mémoires de Marchand donnent pour la première fois le nom de l’auteur du roman, voir J. Cormier, « Introduction », Les Illustres Françaises (Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 13).

6 Janssons van Waesberge, imprimeurs libraires à Amsterdam. Association formée par les héritiers du libraire Johannes I Janssonius van Waesberge.

7 Il s'agit sans doute de la Description exacte des principales curiositez naturelles du cabinet d'Alb[ert] Seba, fr[ançois] et lat[in]avec un grand nombre de figures curieuses (Amsterdam, 1734, 4 vol., in folio). Albert (ou Albertus) Seba (1665-1736), Allemand d'origine, pharmacien et zoologiste installé à Amsterdam, était célèbre pour son cabinet de curiosités.

8 M. Seba : un parent d'Albertus Seba.

9 Il s’agit de Zulmis et Zelmaide, conte de l’abbé Voisenon (Amsterdam, 1745, 12°), voir Voisenon et autres conteurs, F. Gevrey (éd.) (Paris, Champion, « Bibliothèque des génies et des fées », t.18, 2007).