Recherche avancée ⇥

Pièce nº Rey17710300

Type Lettre
Identifiant Rey17710300
Date de composition 1771-03-00
Certitude sur la date basse
Date de réception /
Expéditeur Rey, Marc Michel
Destinataire Rousseau, Pierre
Lieu d'envoi Amsterdam
Lieu de réception Bouillon
Adresse /
Lieu de conservation Liège, Bibliothèques de l'Université
Cote Fonds Weissenbruch, Farde 21.2
Cote (copie) /
Imprimé /
Edition /
Autographe oui
Signature oui
Renvois /
Incipit Je mande , Mondsieur, à Mr Panckoucke par ce courier
image
Cliquer sur l'image pour l'agrandir et feuilleter les facsimilés

Amsterdam, mars 1771

Je mande, Monsieur, à Mr Panckoucke 1 par ce courier que je partirai d’ici le 3 avril prochain2 pour etre chez vous le 10 et voici comment j’arrange mon voyage3.

Le 3 à Utrecht4, le 4 à Bois le Duc5, le 6 à Mastricht6, le 7 à Liège7, et le 10 chez vous8.

Je serai accompagné de ma fille ainée 9 que je conduirai tout de suite en Suisse dans le pays de Vaud10, d’une ancienne amie genevoise11 qui se propose de passer quelques tems dans sa famille, et d’un ami qui se retire en Suisse, ce qui fait une voiture à 4 places.

Comme je ne connois point la route dépuis Liege chez vous et en Suisse, je vous prie, Monsieur, de me mander sil seroit plus a propos de prendre à Liège 2 voitures a 2 places ? ou une à 4 places ? Êtes-vous a meme de nous les envoyer de chez vous ? ou convient-il mieux de les prendre à Liege ?

Avés-vous une hoberge à Bouillon où nous puissions être commodément ? autrement ma compagnie ira directement à Sedan12 ou elle m’attendra. [2] Je vous prierai encore de me dire quelle route nous devons prendre pour la Suisse depuis Sedan ? je crois qu’il seroit plus naturel d’y entrer par le compté de Neufchatel scavoir Luxembourg, Thionville, Metz, Nancy, Besançon13, si j’ay erreur redressé moi je vous prie ?

Nous convient-il de prendre la poste14 ou les voitures publiques15, nous ne regarderons pas a quelques Louïs de plus ou de moins16.

Si vous etes à meme, Monsieur, par vous meme ou par vos amis de me guider je vous prie de le faire.

Puis je prendre quelque chose d’ici pour vous porter ? donnés moi vos ordres.

Je salue Madame17, vous avés bien des amitiés de ma femme 18 et de mon fils ainé 19 qui fera son aprentissage pendant mon absence. Je souhaite que ce soit de façon a pouvoir lui abandonner le tout.

Notes

1 Charles Panckoucke (1736-1798), dès 1768, souhaite publier une refonte de l'Encyclopédie dont il a acquis les droits, mais se heurte à des interdictions. Il s'associe avec Pierre Rousseau, Marc Michel Rey et les libraires genevois Cramer et De Tournes pour l'édition des Suppléments à l'Encyclopédie.VoirRey17701026

2 Dans la lettre du 22 février 1771, adressée à Pierre Rousseau Rey17710222, Rey fait déjà part de son souhait de partir début avril.

3 Au XVIIIe siècle, le voyage s’évalue en temps (durée) plutôt qu’en distance. Le voyageur se déplace selon un itinéraire fixe qui le mène d’un relais à un autre et avec un guide, le postillon.

4 Soit une cinquantaine de kilomètres.

5 Une cinquantaine de kilomètres.

6 Près de 130 kilomètres.

7 Une trentaine de kilomètres.

8 150 kilomètres. Le voyage entre Amsterdam et Bouillon représente quelques 400 kilomètres.

9 Jeanne Marguerite Rey (1749-1806) qui épousera en juillet 1771, Charles Weissenbruch.

10 Soit encore 600 kilomètres.

11 Il s’agit certainement de Madame Rilliet, très proche de la famille Rey, épouse de Jean Robert Rilliet (1721-1806), d’origine genevoise, neveu du genevois Jean-Antoine Butini, consul du roi de Suède dont il épouse la fille, et dirigeant de la firme Butini, Fölsch et Rilliet à Marseille, puis établi à Amsterdam, il sera l’un des exécuteurs testamentaires de Rey.

12 Sedan se trouve à une vingtaine de kilomètres de Bouillon.

13 Rey voit juste : cet itinéraire est effectivement le plus court, mais comporte quelques 540 kilomètres.

14 Le service de postes, chargé du courrier, et celui des messageries, chargé du transport des personnes ont une histoire commune. Les messageries, entreprises de transport collectif chargées du transport des voyageurs et des petits paquets d’un poids inférieur à 25 kg ne fonctionnent qu’en journée et sont soumises à un droit d’exploitation dû à la Ferme générale des Postes. La poste aux chevaux permet au voyageur de se déplacer au galop, de nuit s’il le désire, selon un itinéraire fixe, d’un relais à un autre, guidé par un postillon rétribué. Si le voyageur souhaite voyager avec sa propre voiture, le postillon lui fournit autant de chevaux que nécessaire, mais les maîtres de postes ne louent pas de voitures avant le XIXe siècle. Voir Eugène Vaillé, Histoire générale des postes françaises, Paris, PUF, 1953, tome VI.

15 A la fin du XVIIIe siècle, il existe en France 1200 relais de postes au long des 9500 km desservis par les voitures publiques. Une chaise de poste se loue de relais en relais.

16 En effet, le prix du voyage est fonction de la catégorie du véhicule et de la position que l’on occupe à l’intérieur du véhicule. Dans la diligence elle-même, il existe des différences tarifaires selon que l’on voyage à l’intérieur ou à l’extérieur du véhicule. Voir Patrick Marchand, Le Maître de poste et le messager, les transports publics en France au temps des chevaux, Paris, Belin, 2006.

17 Louise Frédérique Christiane Weissenbruch épouse de Pierre Rousseau.

18 Elisabeth Bernard épouse de Marc Michel Rey.

19 Isaac Rey (1748-180.). Mais ce dernier devra quitter la Hollande pour le Surinam, après s’être méconduit. C’est donc le deuxième fils de Marc Michel Rey, François Bernard Rey (1754-1780) qui secondera son père dans la librairie, jusqu’à sa mort en juin 1780 trois jours après son père.