Recherche avancée ⇥

Pièce nº Rey17750507

Type Lettre
Identifiant Rey17750507
Date de composition 1775-05-07
Certitude sur la date haute
Date de réception /
Expéditeur Rey, Marc Michel
Destinataire Weissenbruch, Charles-Auguste-Guillaume de
Lieu d'envoi Amsterdam
Lieu de réception Bouillon
Adresse /
Lieu de conservation Liège, Bibliothèques de l'Université
Cote Fonds Weissenbruch, Farde 21.9
Cote (copie) /
Imprimé /
Edition /
Autographe oui
Signature oui
Renvois /
Incipit Nous sommes arrivés, mon cher fils
image
Cliquer sur l'image pour l'agrandir et feuilleter les facsimilés

Amsterdam, 7 mai 1775

Nous sommes arrivés, mon cher fils1, aujourd’hui à 5 heures du matin à Amsterdam bien portant2, nous avons séjourné 24 heures à Liège j’ai eu le Rouf3 de hier 8 heures du soir pour moi et ta femme qui se porte mieux ainsi que moi, a la foiblesse près je ne sentirais pas la goute, ta femme a été bien reçeue.

Bien mes amitiés à Mama4, à madame Guiton et à son mari5, au médecin et à toute la famille.

Ta femme te donnera le détail de notre voyage, j’ay suivi l’avis du neveu de Monsieur l’abbé de St-Hubert 6 et nous avons manqué nous casser le cou à 3 reprises parce que des deux chevaux que nous avions un ne valoit rien, absolument rien, notre chaise avoit 6 à 12 pouces de moins large que les voitures de ce pays, le postillon7 ne conoissoit point la route du moment [2] que nous avons quitté la chaussée , j’ay quité et la chaise8 et le postillon après avoir renversé et qu’heureusement pour nous, nous avons trouvé du secour, le prix étoit convenu à 2 louïs neuf rendu à Bois le duc en 2 jours, je lui ai donné

1 louïs neuf, puis 12 escalins dont six pour lui, parce que c’est un pauvre malheureux et les six autres pour son maitre9, tous les frais étoient pour son compte. Voila notre accord, qu’il n’a pas été en état de tenir, la voy de la chaise etant trop petite comme je l’ay déja dit.

J’ai loué des car10, espece de tombereau avec 4 ou 5 cercles, sur les quels on met une toile et de cette façon nous avons fait dix lieues jusqu’à Bois le duc où nous sommes arrivés samedi à 8 heures [3] du matin nous étant levés à 3, la j’ay pris une chaise qu’il nous a conduit en 12 heures à Utrecht et reparti sur le champ pour Amsterdam.

  • J’ay payé pour les 10 lieues ––--------------- f  6.10
  • En autres frais et barrières ––----------------   1. –
  • 6 escalin donné en sus du Louïs -------------    1.16
  • Il lui reviendroit pour faire le second ––----   2.  4
  • Ce qui fait un Louïs                                           f 11.10

Pour eviter de plus grand malheur nous avons marché à 3 reprises, j’ay eu de la boue et de l’eau, il a falu me rechanger, me faire laver les pieds ce qui est très mauvais pour ma goute jusqu’à present je n’en ay pas ressenti de suite, j’ay pris un guide, j’ay donné a boire aux gens qui ont aidé a relever la chaise, je pense que ces fraix feront 2. 4 et en conscience le maître de ce [4] cette chaise est un malheureux.

1° pour m’avoir donné un cheval qu’il scavoit bien n’etre pas en etat de faire une pareille route, puis qu’au bout de 8 à 10 lieues de marches sur la chaussée le second cheval faisoit tout l’ouvrage.

2do une chaise dont la voye etoit trop etroite, car du moment que nous avons quité la chaussée ; nous n’avons cessé d’etre exposé a toute sorte de malheur.

3° un postillon quil ma dit scavoir les chemins, ce qui est faux, car au bout de la chaussée il ne scavoit plus quel chemin prendre11.

Adieu, tout a vous

Rey

Le 7 may 1775

Parti de Liège le 4 à 10 heures, pour arriver le 5 à Bois le Duc, j’y suis arrivé le 6 ayant couché à 3 lieues de Bois le Duc12.

Notes

1 Charles Weissenbruch, gendre de Marc-Michel Rey.

2 Marc Michel Rey est parti d’Amsterdam en avril 1775 à destination de Bouillon, il rentre à Amsterdam début mai accompagné de sa fille aînée, Jeanne Marguerite, épouse de Charles Weissenbruch. Cette dernière repartira pour Bouillon, fin juin, accompagnée de sa mère Elisabeth Rey et de ses deux sœurs Suzanne Madeleine (1762-1777) et Julie Elisabeth (1764-1794) voir Rey17750818.

3 Terme de marine : « Petit logement élevé sur le pont d'un bâtiment. Chambre pratiquée à l'avant d'un vaisseau marchand, pour les matelots. On écrit aussi roef, selon l'orthographe hollandaise, et roof, selon l'orthographe anglaise. » (Dictionnaire de l’Académie française, 6e éd. par M. Barré, 1842, s.v.).

4 La mère de Charles Weissenbruch, Henriette Dorothée Beker.

5 Philippine Dorothée Weissenbruch (1728-1811), sœur de Charles Weissenbruch et épouse de Bernard Guiton, rédacteur au Journal encyclopédique.

6 Il s’agit du neveu de Nicolas Spirlet , abbé de Saint-Hubert qu’il a peut-être rencontré lors de son séjour à Bouillon. Dans la lettre du 18 août 1775, Rey écrit à son gendre qu’il a remis des lettres pour l’abbé à sa femme et à sa fille et attend de ses nouvelles (Rey17750818). Voir la note 5 de cette lettre pour les liens entre Spirlet, Rey et Bouillon.

7 Sous la responsabilité du maître de postes, le postillon, reconnaissable à son uniforme bleu a la charge de guider les voyageurs d’un relais de poste à un autre et de rapporter à son relais d’origine le cheval loué par le voyageur.

8 Véhicule pour le transport de deux personnes. Très légère, le poids en est partie supporté par le cheval et le postillon doit veiller au bon équilibre de l’ensemble.

9 Le maître de poste, chargé de fournir des chevaux au sein d’un relais de postes, exerce son activité en vertu d'un brevet que lui délivre le surintendant général des postes. Il est exempt de l’impôt de la taille et du logement des gens de guerre et exerce le plus souvent comme activité principale le métier d’agriculteur, ou celui d'aubergiste qui lui assure ses principaux revenus.

10 Il existe une grande variété de voitures de toute taille et de confort inégal qui portent des noms divers : brouette, camion, carriole, carrosse, chaise, chariot, charrette, fourgon, guimbarde, guinguette, gondole, berline... La charrette ou char – que Rey nomme « car » –est le véhicule le plus utilisé. Sa capacité d’accueil est de 4 à 15 personnes. La diligence est la voiture la plus rapide dans la mesure où son exploitant, en dérogation au privilège des maîtres de poste, peut faire aller ses chevaux au galop. Voir Patrick Marchand, Le Maître de poste et le messager, les transports publics en France au temps des chevaux (Paris, Belin, 2006).

11 Les plaintes et les récriminations entre les voyageurs, les maîtres de Poste et les postillons sont fréquentes : voir à ce sujet, Eugène Vaillé, Histoire générale des Postes françaises (Paris, PUF, 1953, tome VI, p. 268-271).

12 Le trajet entre Liège et Bois-le-Duc est d’environ 150km. Rey a dû coucher à 15 km de Bois-le-Duc.