Recherche avancée ⇥

Pièce nº Rey17710612

Type Lettre
Identifiant Rey17710612
Date de composition 1771-06-12
Certitude sur la date haute
Date de réception /
Expéditeur Rey, Elisabeth
Destinataire Rousseau, Pierre
Lieu d'envoi Amsterdam
Lieu de réception Bouillon
Adresse oui
Lieu de conservation Liège, Bibliothèques de l'Université
Cote Fonds Weissenbruch, Farde 21.24
Cote (copie) /
Imprimé /
Edition /
Autographe oui
Signature oui
Renvois /
Incipit Vous avés eu la bonté de supposer que des raisons de santé
image
Cliquer sur l'image pour l'agrandir et feuilleter les facsimilés

Amsterdam le 12e juin 1771

Monsieur

Vous avés eu la bonté de supposer que des raisons de santé causoit mon sillence1. Cette suposition faitte de la fasson la plus flateuse pour moi, méritte mes remerciements. Ditte vous donc à vous même, Monsieur, tout ce qu’en pareil cas, vous m’auriez pu dire d’obligens et d’agréable, en attendant qu’un peu de fréquentation nous apprenne à nous rendre justice.

Mes deux petittes filles ont été très mal2, l’ainée des deux a été à l’article de la mort, son médecin3 lui ordonne le changement d’air et ma situation actuelle me lie à la maison, la langueur quelle a gardé de sa maladie me désolle et influe beaucoup sur ma santé qui n’est pas des meilleures.

Si l’on m’eut fait l’honneur de me conter come quelque chose dans l’affaire du mariage de ma fille avec Mr votre beau frère 4 et que j’eusse été instruitte plus tot, toutes tracasseries indignes des gens qui pencent comme vous et moi ne seroit pas arrivées, laissons les la et qu’il n‘en soit plus parlé. [2] je joints mon consentement a celui de Mr Rey et signerai avec toutte la joie imaginable, mais, j’exige que le tout se fasse ici5, je ne veux pas que mon gendre futur reçoive sa femme que des mains de sa mère, j’ai d’ailleurs dans ce païs une famille, gens come il faut et de probité qui tiennent un peu aux préjugez il faut leur faire voir qu’on y tient dans ce qui est d’usage ; j’espère donc, Monsieur, que vous et Madame, avec Mesdames vos belles sœurs6 et tout ce qui voudra, ou pourra sabsenter, me feront l’honneur de venir un mot raturé partager le plaisir que nous recevrons mutuellement de nous voir et de nous conoitre ; j’espère que nous y gagnerons touts. Je saluë de tout mon cœur Madame Rousseau et Mesdames Trécourt et Guitaud 7, mais a propos de ces dames, il me sembloit avoir entendu dire que Mr Weysembruch avait encor Madame sa mere 8, il faut que jaye mal entendu puisque je n’entend point parler du tout, j’ai l’honneur d’être Monsieur avec estime / votre très humble et obeisante servante

Elisabeth Rey née Bernard [3]

Poscriptum :

la crainte d’excitter votre vivacité m’a fait derober un moment pour vous ecrire a la hâte, je ne puis répondre a ma fille, je l’embrasse et lui dirai bien mieux de bouche que par ecrit combien je prends interet a son sort.

A Monsieur / Monsieur Rousseau / auteur du Journal Encycloped. / à Bouillon / par Liege

Notes

1 Elisabeth Rey († 1778), fille du libraire Jean-Frédéric Bernard (1680-1746) est issue d’un milieu bourgeois et lettré d’Amsterdam. Elle seconde son mari dans la librairie, traduit les courriers en hollandais et participe de façon active à l’activité commerciale de Marc Michel Rey.

2 Il s’agit de Suzanne Rey (dite Lontie), née le 3 mai 1762 et filleule de Jean Jacques Rousseau et de Julie Elisabeth Rey (dite Bettie), née le 24 juillet 1764, qui contractent la coqueluche en avril 1771. Voir les lettres du 21 mai 1771 (Rey17710521) et du 3 juin 1771 (Rey17710603) d’Elisabeth Rey à Marc Michel Rey.

3 Charles François Pingré, l’un des plus célèbres médecins d’Amsterdam : voir la lettre du 21 mai 1771 (Rey17710521).

4 Début avril 1771, Elisabeth Rey met en garde sa fille sur ce projet de mariage trop rapide (Rey17710400) ; le 19 avril (Rey17710419), elle s’inquiète de la situation financière et religieuse du futur époux : « Quel établissement a le jeune homme, quelle est sa fortune, quel dot demande t’on…y aura t’il quelque sureté que ma fille aye le libre exercice de sa religion ». Le 3 mai (Rey17710503), elle regrette le « profond silence que l’on observe » à son égard, le 24 mai (Rey17710524) elle s’étonne du montant promis par Rey pour le mariage (13.000 f) et demande que les 5 enfants du couple soient traités de façon équitable. Après de nombreux échanges, elle finit par donner son consentement par ce courrier.

5 En effet, la cérémonie se déroulera le 21 juillet 1771 en l’Eglise wallonne d’Amsterdam. Voir (Rey17710721d).

6 Pierre Rousseau a épousé Louise Frédérique Weissenbruch, sœur de Charles Weissenbruch. Ses belles sœurs sont donc Christiane Henriette Madeleine Weissenbruch épouse de Jean Pierre Louis Trécourt et Willelmine Frédérique Ulmer épouse de Julien Chrétien Weissenbruch.

7 Il s'agit certainement de Philippine Dorothée Weissenbruch (1728-1811), sœur de Charles Weissenbruch et épouse de Bernard Guiton, rédacteur au Journal encyclopédique.

8 Henriette Dorothée Becker épouse de Henri Chrétien Weissenbruch, parents d’Auguste Charles Guillaume Weissenbruch. Nous ne connaissons qu’une lettre d’Elisabeth Rey à Henriette Dorothée Becker (Rey17710800).